A l'heure, qui ne va pas tarder, la grosse machine à charité, se met en place. Attachés de presse, promotions pour artistes déclinants ou perdurants, carton d'audience toujours renouvelé, single vente de l'année et publicité, images lissés des grands coeurs déguisés, les enfoirés, ne seraient-ils pas devenu, les derniers m'as-tu vu, d'une société patronnesse d'avec la misère installée ? Si, quelques artistes dénoncent depuis des années, la dérive institutionnalisée, de ce beau geste de solidarité voulu par Coluche. Lavilliers, Renaud, Jean Louis Murat, Eddy Mitchell, depuis longtemps se sont posés la question de la finalité dans le temps, de la belle idée... Yannick Noha, a essuyé les foudres des organisateurs, pour avoir fait part de sa gêne, a loger dans des palaces à la Baule, le temps des enregistrements télévisées, et tout çà, payé, par la prod. de cette énorme machine de charité... Ces jours derniers, Sarkosy, s'est rendu avec son staff à médiatiser, dans un resto du Coeur, et comme l'envie de gerber, de voir les responsables patauger dans la bonne conscience collectivement organisée, alors que l'état, le pouvoir sont les promoteurs mal assumés de la misère de ces hommes, et de ces femmes, qui de plus en plus nombreux, chaque année, font la queue,  dans la froidure des hivers, pour pouvoir "bouffer"... DES FRONDES, ET DES BATONS, C'EST CELA QU'IL FAUT LEUR DISTRIBUER, ET DESIGNER LES OBJECTIFS, CARREFOUR, INTERMARCHE, LE CREDIT AGRICOLE ET L'ELYSEE... C'est cela vraiment, mes fréres qui pourrait vous sauver, enlever la résignation, et la peur de vos yeux fatigués, et la foutre sciamment au coeur de ce pouvoir condescendant, qui n'a finalement pour vous, que pitié et mépris mélangés, en prime-time cuisiné !!! - Polycarpe.