Se dire après chaque livre, après moi le déluge.
Essayer d'écrire pour soi, sans frein, ni pudeur;
sans jamais penser à ce lointain plus tard, ton lecteur
qui te jugera avec son histoire
en décortiquant la tienne emplie de toutes tes maladresses humaines...
Ps : le diable que je croyais moribond, bouge encore. C'est encore une femme qui est là dessous. Une lectrice responsable de la biblio de Messery, merci à elle, le diable aime plus que tout les femmes et tous ces retournements...
Polycarpe