Il est parfois pire bruit que le silence

Comme celui qui laisse sans voix

Ni écrit, le demandeur devant cette impasse.

Que me vaut cette soudaine ignorance

Qui distille chaque jour le froid

Poison qui lentement m'efface ?

A cette douleur qui me lance

L'antidote s'appelle un geste de toi

Et comprendre dans le brouillard et la nasse

Où je me suis paumé !

 

Polycarpe.