Programme-TV-Pieces-a-conviction-France-3-La-triste-realite-des-maisons-de-retraite_news_full

 

Vu en replay le reportage à charge sur le business salement dégueulasse des maisons de retraite...

De cette infamie télévisée, aboutissement final des immondes dérives de notre monde libéral, il s'en est suivi un rêve. Il fût cauchemardesque, d'une infantile utopie et d'une violence absolue... ce qui a même effrayé, le vieux libertaire cohabitant à cheval ou en voiture depuis toujours en moi...

Je vous narre sans filets ni amarres, ce délire :

" A la suite d'une soudaine insurrection généralisée ( initiée conjointement par un Michel Sapin, re-Marxisé, et Stephane Bern, auquel se sont adjoint : Pierre Joxe, Roman Polanski et Tariq Ramadan libérés de leurs affaires de viols et d'harcèlements respectifs) dans laquelle à ma place de retraité, j'avais eu une part très active, nous avions localisés, cernés et fait prisonniers le plus gros de tous les dirigeants collabos de l'ignominie des maisons de retraite en France...

Dans un car vert affrété à la SAT ( Ste Thonnonaise de Transports) nous avions rassemblés au petit matin ( avec d'ex- sympathisants maoïstes tous abonnés de longue date à Télérama) le gros de la classe dirigeante des principales structures d'exploitations françaises du vieux.

Il y avait ici, les yeux exorbités, les membres des directoires de KORIAN, CAPGERIS, et autres sociétés moins importantes de ce juteux marché.

A l'avant du véhicule, un panneau indiquait noir sur blanc " Château de Sigmaringen "...

Sigmaringen, Sigmaringen ? mais oui mais sûr ! : Céline ( l'écrivain de génie) Pétain, Laval, Eric Besson, Bichelonne et tout le lisier peu ragoûtant de la collaboration française.

Ils sont gonflés ces jeunes activistes pour la symbolique.

L'ancien dirigeant de KORIAN, Yves Coléou, les mains manucurées, liées couleurs violettes, a été affligé d'une pancarte double ( ventrale et dorsale) sur laquelle on pouvait lire :

* salaire 2015 : - 3 483 585 euros - et sur l'autre face :

* 12 éme position dans la rémunération des patrons de l'hexagone, pour cette même année.

A son coté ( gauche social-démocrate ) rasée, tondue comme au pire heure de notre histoire, l'on me souffle qu'il s'agit de Sophie Boissard, ex-haute fonctionnaire, conseiller d'état et PDG actuel de cette société leader, distributrice de dividendes ( augmentant chaque année de 2 chiffres) et destinés aux fonds pourris des pensions américaines.

Jusqu'au bout de la nuit ( la chanson d'Image, pas le livre du voyage) que dure ce trajet, un jeune et volubile barbu m'explique le "process" ( ah... ce mot à toutes les aigres sauces et a décapiter en lambeaux ) envisagé et retenu à mains levées, lors d'une assemblée révolutionnaire extraordinaire à la Rotonde, autour d'un riz de veau (arrosé au Gigondas) à tomber dans le ruisseau.

- " Nous emmenons tous ce petit monde pour un trimestre dans cette ancienne forteresse pour leur faire ressentir dans leurs chairs ( puisque qu'apparement l'esprit de ces tordus est par trop contaminé) les conséquences de leurs criminels managements "

- "Comme dans leurs institutions, le prix du repas consacré lors de leur rétention, sera fixé dans le cahier des charges, à moins de 4 euros par jour pour l'ensemble des repas. 
Pour l'hygiène de tout ce groupe, le même nombre de personnel accueillant ou soignant sera en conformité avec les statuts internes de ces entreprises. Un exemple, une seule douche par semaine, un chiotte alléatoire bouché ou pas, pour dix ou des couches étroites ( nouveau modèle moins onéreux) laissant le plus souvent passer les déjections des résidents du dernier âge... "

- " Là, oui là, la dame... là-bas derrière avec ce sourire figé de façade et ses grosses bajoues rosies, elle me dit quelque chose, je l'ai vu il y a pas longtemps sur BFM ... "

- " Ben oui, mon con, elle aussi on l'a embarqué, avec les cinq derniers ministres de la santé, tu t'imagines pas qu'à ce niveau, la responsabilité des politiques n'est pas prépondérante, dans la saloperie généralisée faite à nos anciens..."

- " Quand même Madame Agnés Buzyn, merde, vous allez on peut loin, non ? "

- "Tu déconnes du cigare, grand père, c'est tout le contraire, c'est pas assez fort, même en prison, les humains sont mieux considérés, nourris, soignés... tiens fume un joint ? "

Dans le bus, tous les activistes tiraient sur des "chichons " démesurés, même le chauffeur qui reprenait ( c'est dire son état cognitif devenu défaillant) un refrain de M- POKORA, vomissant son " dégueulit" dans l'auto-radio avant une diarrhée carabinée de onze publicités ( faire aussi un convoi de publicitaire est alors aussi venu dans mes pensées... bordel çà craint chez moi, je vais finir par me faire et vous faire peur, non ?)

Moi, légèrement saoul, j'étais comment dire un peu effrayé, mais en même temps curieux de vivre bientôt cette mise en situation retournée des faibles sur les plus forts de notre société.

Nous avons roulés et roulés des heures et des heures, le petit jour se pointait derrière les vitres du bus et... et ce qui devait arriver, arriva : une folle embardée, un bruit d'enfer, la fumée, le feu, l'embrasement sauvage, l'odeur de la mort au cochon grillé.

Un seul survivant...oui moi pour pouvoir vous raconter, et je me suis réveillé, mal bandant, en sueur dans l'humidité de ma couche.

C'est quoi, maintenant de plus en plus souvent, toutes ces abominables conneries dans ma tête de plus en plus défaite ?

Il ne faut plus, il ne faut plus, oui plus jamais que je regarde de tels reportages (il suffit ... ce trop à mon coeur, à mon cerveau : les crimes de Monsanto, la Suisse et l'or des Nazis, les magouilleurs du Sénat, la constante " putasserie " de la banque, le management dans les hôpitaux publics et l'hypocrisie coupable de la FNSEA, syndicat de la dérive écologique )

Un Gardenal, une tisane de Maté, "Questions pour un Champion", Cyril Hanouna, tous les soirs, " On n'est pas couché" toute les semaines, et au lit... promis docteur, c'est promis aussi : la France Insoumise tous les cinq ans, et pas plus ! Je vais essayer... putain le boulot... sans parler du risque avéré ( non négligeable pour ma santé mentale) de finir au Modem !

Christian Cornier ( Polycarpe)