13 juin 2015

LA PARTIE DE CARTES

 Partie de cartes, parties de dupes  Partis de Kartoum ou de Jaramana Sorti par ici et rentrés par là  La misère toujours s'occupe A jouer les troubles bêtes Avec les nantis Plus rien n'arrête Les Mistigris Cette lèpre et sotte hyprocrisie On se la refile en cachette A saute-motion, à saute-pays  Et sur nos champs de poudre Dansent des damnés allumettes... Polycarpe                               Se refilent  
Posté par polycarpe à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2015

ENTRE LES MORTS... ou quand ton père te manques 34 ans après...un 12 Juin à 8 heures du matin !

La ruelle des morts - Thiefaine
Posté par polycarpe à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2015

TROUBLE NUIT

Nuit de magie Et de poésie D'amour à la ronde   Nuit de mystère Et de chimére De rêves et d'illusions   Nuit de trouble Face à mon double De tournante incertitude   Nuit de tendresse Et de tendre caresses Sur des manques infinis   Nuit trop courte Que la lumiére écourte Laissant mon âme seule et sans abri   Et sans abri...   Polycarpe.
Posté par polycarpe à 07:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 juin 2015

LES NOUVEAUX INDECENTS...

Falcon d'état approprié, détourné, escroqué... gradin VIP de Roland Garros avec ministres, Ray-Ban sur le nez... Ministres complétement déconnectés des rudesses de la vie d'en bas. Toute ma vie j'ai rêvée, le documentaire de Christophe Otzenberger, diffusé à 23H 4O sur France 2...Dans cette société et encore davantage en Juin 2015 :   - les gens de peu " qui affrontent les vacheries de la vie" sont de plus en plus cachés, relégués dans les profondeurs de la nuit médiatique...- et les descendants socialistes ( en taxi) de... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2015

LA PLUS BELLE CERISE A TA BOUCHE...

Nostalgie de nos dix ans, dans l'odeur des lilas...  redis-moi aujourd'hui, que la vie est passée... que reste-il de nous, de ces heures là... au coin de nos mémoires, des souvenirs classés... dans les tiroirs désordonnés au goût de chocolat...  et ta jupe plissée, froissée de ma passion... avec à ta bouche, la plus belle des cerises... celle que je n'ai jamais osé aller chercher...  Polycarpe. Jean Ferrat-Les oiseaux déguisés
Posté par polycarpe à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2015

COMMANDE SUR SITE 1BERGER EDITIONS/ARCHAMPS... 15 EUROS

Posté par polycarpe à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2015

LE COMPTE N'Y EST PAS, MANUEL...

L'étonnement passé de voir l'ampleur de la réaction du petit peuple, envers sa désinvolture délictueuse, notre agité du menton, premier ministre Manuel Valls, conséde vouloir, depuis la Réunion, rembourser la part du voyage à Berlin, de ses enfants, soit 25OO euros...Bon... mais le compte n'y est pas cher monsieur ! Partiellement et du bout des lèvres, c'est à peine plus reluisant que dans une république bananière. Pour une fois, avec les leçons de morale politique que vous avez largement distribuées, pouvez-vous faire progresser... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2015

LA VALLS DES VENDUS...

Avec sa morgue de roquet toujours enclin à faire la leçon au petit peuple, il y avait lieu pour ce personnage tellement satisfait de sa personne, d'être exemplaire... La plèbe, le sait depuis des lustres, les grands moralisateurs de foule, se révèlent le plus souvent encore plus canailles que les discrets. Un socialiste du menton, qui n'a que l'emballage de l'idéologie, un magouilleur, un menteur, qui s'est payé,  à nos frais un petit voyage footbalistique avec ses enfants... Un président qui se sent obligé à l'étranger de... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2015

SI TU AIMES LES FEMMES...

Dédicace le 30 Mai à 1OH3O, biblio de Messery, face au lac...
Posté par polycarpe à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2015

LE SILENCE DES AMES... ( dédicace du livre le 30.O5 Messery bibliothèque)

Les paroles qui secrètent la vie Par l'usage du silence Peignent l'amour et ses secrets Lui, ne trouvait presque jamais L'instantanéité des mots Attelé à trop de ses émotions Il avait appris a se passer Des brillances en société D'une langue que d'autres Etaient plus habiles a disperser   Il lui restait  les lettres Son goût a essayer de les arranger Pour trouver près de son âme Des choses à écrire pour se soigner De lui, du monde et des fatalités   Ce gars là, je le connais Il habite près de chez... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 12:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]