03 mars 2013

Je regarde des biches avec dédain ou quand la saloperie d'une société de plus en plus inhumaine à un une odeur insoutenable...

 La Petite Misère " ils ont préservé la possibilité aussi à ces personnes de visiter le musée dans des conditions plus dignes que celles où elles se trouvaient" Aurélie Fillippetti ( ministre socialiste de la Culture) Une famille d'ADT quart-monde, a été expulsé du Musée d'Orsay, à cause de son odeur, par des vigiles. Allez hop, par ici les pauvres, les gueux, çà pue la merde, le rance, et la chaussette, et ici, c'est l'exposition, le culte de la beauté des arts humains. Qu'une scène de ce type puisse se passer en 2013 en... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2013

PATRICK, en terre le 1 Mars 2013

Patrick,   S'asseoir aux bords des instants de nos vies Y ressentir tragiquement Ce vide sans fond Lorsqu'un proche vient à y tomber...   Maudite soit cette cruauté faite Aux rêves partagés Qui ne seront jamais achevés...   Et à ce vent froid, con et glacé de la mort Qui ne sait rien respecter De l'avenir, de l'amour encore fécond Dire que nous résisterons ensemble Comme autant de jour à gagner...   A ta mémoire, à ta famille   Tendrement, Arlette et Christian...
Posté par polycarpe à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2013

VOS BEA... TITUDES, M'EN TOUCHENT UNE (BELLE PENSEE, IL VA DE SOI)

- Les mots pour vous dire merci ( morceau découvert, hier, lors d'un enterrement en Ardèche) Par mois, plusieurs milliers entre " Bellevaux l'anarchie dans la Soupe" et " Le Diable n'arrivera pas à Compostelle" et une fidèle rencontrée dans un salon quelconque où l'on se croît un moment prétentieux, en littérature. Mes lecteurs ont un visage, et un seul suffit, il est féminin c'est normal pour ma tendance, et elle sait me dire quand trop souvent je dévis, et maintenant un cadeau dans une boutique de Bacchus, " Casillero del... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 11:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2013

LA PETITE DE VILLE LA GRAND QUI FOUT DE L' EMOTION...

Sophie-Tith C'est pas de mon âge, d'écouter çà  C'est pas à mon avantage d'aimer cela Mais la petite minette gracile me fout comme de l'émotion...   Polycarpe      
Posté par polycarpe à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2013

CHIC ! DU COCHON A LA UNE ! OU V'LA DU BOUDIN DEONTOLOGIQUE DANS L'OBS DE J'OFFRIN

Une chaude chienne A la plume Intérêssée et luciférienne Piège un chasseur de lune Pervers de la boite crânienne Un livre, des extraits, de la thune Sur et sous la couverture pleine De stupre, de retenue plus aucune... Le pouvoir, l'argent et l'ennui dans les veines Coagulent la désespérance brune Des puissants bonimenteurs à la chaîne Partageurs indécents de leurs infortunes Dans les bidets de la presse quotidienne...   Polycarpe.
Posté par polycarpe à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2013

LAISSEZ PASSER LES REVES ( façon Berger)

Assis comme un Afgan Il tire sur l'embout long De sa pipe à eau   Des nuages blancs Dans le divin flacon S'évadent du tuyau   Il est parti pour longtemps Laissez tranquille le tonton Il compte les chameaux   Dans les grands paradis blancs Où tous les hommes sont bons Où il n'y a plus de salauds   Ne jugez pas, bien-pensants Et vous donneurs de leçons Lui au moins touche pas les marmots   Ce n'est pas un méchant Que le pouvoir et l'argent corrompt Comme nous autres, pauvres sots   ... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2013

LORSQUE TU ME LIRAS - LE DIABLE N'ARRIVERA PAS A COMPOSTELLE- ( parution printemps 2013)

Lorsque tu me liras Je serais nu De ce que j'ai donné Même caché, même enfoui, habillé de personnages Inconscient, mécaniquement  Une part de vérité Remontra jusqu'à me désigner Coupable de ce que je suis...   Polycarpe. Léo ferré _ lorsque tu me liras
Posté par polycarpe à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2013

LES ITALIENNES - partie 6 chiffre du diable- Suite et fin

Rolling Stones "sympathy for the devil" J'étais perdu c'est pas malin Dans la belle ville de Sienne Où est-il mon chemin Demandais-je à une belle italienne   Je crois qu'elle n'en savait rien La pluie était diluvienne Viens chez moi, tu seras bien J'serais heureuse que tu viennes   L'était préssée la belle, contre l'évier Brusquement elle m'étreind Je ne me fis pas prier Elle avait un buste d'airain Avec un coeur d'hirondelle   Je me retins, puis j'ai crié A la chance, aux émois, au malin Elle me... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2013

HEUREUSEMENT IL Y A " FINDUS" TOUT NATURELLEMENT, DEUX SLOGANS PUB EN UNE PHRASE, et dans la même boite la même tromperie daubée

Du vieux cheval roumain, abattu on imagine pas trop comment dans les registres ignobles de la boucherie de ce pays, la bidoche moulinée dans des sanibroyeurs qui pourraient aussi faire les matières fécales, un peu de piment, de sauce couvrante d'une odeur de chacal, la matière première que vous avez commandé, Monsieur Findus, est prête, et va arriver... Intermédiaires variés, margoulins pas génés, le vieux canasson, devient génisson. Quoi merde, cela reste de la barback, et bien traité chimiquement ces deux gros mots, peuvent faire... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2013

DERRIERE LA CHAIR, MON AMOUR, IL Y A UNE AME, feindre le contraire et nous le payerons un jour très chère...

Je suis pour :  -  tous les plans : le mariage des homos, des lesbiennes, à deux, par trois, partouze ou treize jusqu'à cent. - les parties fines avec des putes ou pas, m'importe peu, pourvu qu'ils s'y trouvent que des adultes consentants. - les sado, les maso, les bi, les sauvages et aussi les travelos, les couguars et autres gigolos ne me dérangent ou ne m'inquiètent pas davantage... -  aussi, les rencontres des misères de la sexualité et de la néccessité pour certaines filles d'avoir du fric dans cette putain de... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 10:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]