31 mars 2017

LES MAINS ( d'Elsa)

LES MAINS D'ELSA ( revues et corrigées pour Chantons la vie...)
Posté par polycarpe à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2017

FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres ( Episode N°13)

  FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres  ( feuilleton hebbo, paraissant le Vendredi)   Il n’est pas plus traître miroir que celui de la fiction. Les morts dans la pénombre, les êtres vivants, les ombres nues de l’enfance, les ressemblances ou encore la fortuite et pure coïncidence... L’imposture, même inconsciente, d’un auteur avec sa propre histoire déconstruite a immanquablement des reflets...    Faisons ensemble la revue de la scène, du décor et... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 06:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2017

CLASSIQUEMENT EMOUVANT...

BIRKIN / GAINSBOURG - Le Symphonique : La Javanaise (Audio officiel)
Posté par polycarpe à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2017

FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres ( Episode N°12)

  FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres  ( feuilleton hebbo, paraissant le Vendredi)    Il n’est pas plus traître miroir que celui de la fiction. Les morts dans la pénombre, les êtres vivants, les ombres nues de l’enfance, les ressemblances ou encore la fortuite et pure coïncidence... L’imposture, même inconsciente, d’un auteur avec sa propre histoire déconstruite a immanquablement des reflets...      Les plaisirs et les jours   ... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2017

LA PLUME GENRE SCAPEL

Christine Angot perd ses nerfs face à François Fillon dans un échange compliqué
Posté par polycarpe à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2017

MAINS D'ELSA ( en souvenir) et dimanche 17 heures à Bellevaux ( Le Choeur du Brevon/Ph.Carpentier) dans une de mes compositions.

LES MAINS D'ELSA ( revues et corrigées pour Chantons la vie...)
Posté par polycarpe à 16:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2017

LES AMOURS PAPILLONS QUE JE VOIS...

Les amours papillons Hier encore, tout allait de soiJ'avais tissé un coconD'amour ou cela lui ressembleEn haut sous un toitEn toile de nos passions Pour atteindre le septièmeNous courions quatre à quatreIl n'était pas loin le cielA tes yeux, à ton sein, à mon oreilleComme suffisant d'entendreTon coeur pour moi, y battre Insouciant du mondeC'était un peu la bohèmeDeux bols, ton corps, un réchaudEt des je t'aime a... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2017

FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres ( Episode N°10)

  FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres  ( feuilleton hebbo, paraissant le Vendredi)    Il n’est pas plus traître miroir que celui de la fiction. Les morts dans la pénombre, les êtres vivants, les ombres nues de l’enfance, les ressemblances ou encore la fortuite et pure coïncidence... L’imposture, même inconsciente, d’un auteur avec sa propre histoire déconstruite a immanquablement des reflets...    Je revenais des autres   ... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2017

FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres ( Episode N°11)

  FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres  ( feuilleton hebbo, paraissant le Vendredi)    Il n’est pas plus traître miroir que celui de la fiction. Les morts dans la pénombre, les êtres vivants, les ombres nues de l’enfance, les ressemblances ou encore la fortuite et pure coïncidence... L’imposture, même inconsciente, d’un auteur avec sa propre histoire déconstruite a immanquablement des reflets...    Dans le jardin, je sens des taupes. Je creuse,... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2017

FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres ( Episode N°9)

  FRIPOUILLE LE CHABLAISIEN ou l'insoutenable légèreté de mes maîtres  ( feuilleton hebbo, paraissant le Vendredi)   Il n’est pas plus traître miroir que celui de la fiction. Les morts dans la pénombre, les êtres vivants, les ombres nues de l’enfance, les ressemblances ou encore la fortuite et pure coïncidence... L’imposture, même inconsciente, d’un auteur avec sa propre histoire déconstruite a immanquablement des reflets...   Soleil et chair   - Regardez cette belle lumière, ce... [Lire la suite]
Posté par polycarpe à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]